Le Jardin D'Anador Les Artisans du Végétal Plantes Fleurs Arbres Potager Jardin
INFORMATION COVID-19
L’attestation de déplacement dérogatoire vous permet de venir nous rendre visite car notre activité demeure autorisée
Conseils Vidéo > Quel traitement contre oïdium et mildiou? L'huile essentielle de Sarriette

Quel traitement contre oïdium et mildiou? L'huile essentielle de Sarriette

Jean Yves Meignen, artisan du végétal et jardinier de l’abbaye de Valsaintes (04), nous explique comment lutter naturellement contre le développement de l'oïdium et du mildiou sur rosier, vigne, tomate, courgette.

Comment combattre les taches noires des rosiers qui apparaissent sur leur feuille ?

Une des solutions possible en préventif est l'utilisation de l'huile essentielle de sarriette.

Comment faire une pulvérisation d'huile essentielle ?
Tout d'abord il nous faut solubiliser cette huile dans l'eau; pour cela nous avons besoin d'une huile végétale de colza et du savon de Marseille liquide.
Pour préparer 1 L de solution à pulvériser sur vos rosiers, vignes , tomates ou courgettes : Il vous faut mélanger 10 ml d'huile de colza soit une cuillère à soupe à 1 ml d'huile essentielle de sarriette soit environ 20 gouttes. Puis vous mélangez bien ces deux huiles avant d'incorporer une cuillère à café de votre savon de Marseille liquide, l'objectif du savon étant de faciliter la dispersion de l'huile dans l'eau.
Vous y rajoutez un litre d'eau de PH neutre ou très légèrement acide (eau de pluie, eau minérale), vous remuez et votre préparation est prête à être pulvérisée sur vos rosiers, tomates et vignes pour limiter le développement du mildiou et de l'oïdium ou des taches noires sur les feuilles de vos rosiers.

Attention à bien respecter les doses et à ne pas renouveler le traitement plus d'une fois par mois. Privilégiez la pulvérisation le matin de bonne heure lorsque les pores de vos plantes seront davantage ouverts afin de favoriser la pénétration de l'huile essentielle.

Un peu d'histoire sur l'huile essentielle de sarriette ou « l’herbe du diable » . C’est le surnom qu'on lui attribuaient au Moyen-Âge en raison de ses vertus aphrodisiaques. Lors de la seconde guerre mondiale, elle prendra le surnom de « poivrette » parce qu’elle se substituait au poivre, devenu rare.

Aujourd’hui, on la trouve fraîche ou sous forme d’herbes séchées moulues qu’on ajoute aux plats cuisinés. Elle est également utilisée dans la fabrication des dentifrices.

Pour plus de conseils rendez-vous dans mon exploitation.

Des astuces sont également disponibles sur www.jardiner-autrement.fr

Retour à la liste

Notre exploitation est située à proximité de : 13300 Salon-de-Provence, 13160 Châteaurenard, 13630 Eyragues, 13690 Graveson, 13550 Noves, 13870 Rognonas, 13980 Alleins, 13930 Aureille, 13430 Eyguières, 13113 Lamanon, 13370 Mallemort, 13890 Mouriès, 13440 Cabannes, 13810 Eygalières, 13940 Mollégès, 13660 Orgon, 13750 Plan-d, 13670 St-Andiol, 13560 Sénas, 13670 Verquières, 13520 Les Baux-de-Provence, 13910 Maillane, 13520 Maussane-les-Alpilles, 13520 Paradou, 13210 St-Rémy-de-Provence, 13103 Mas-Blanc-des-Alpilles, 13103 St-Etienne-du-Grès, 84560 Ménerbes, 84580 Oppède, 84360 Mérindol